samedi 26 décembre 2015

Dopitan sasèr maron ziskatan sasèr mo kréol

Kiltir kréol, kiltir tout Maskarin ék Zantiyé, ladan minm dopi promié débi, tout lo finfon lo kèr segré-segré sanm tout lo trézor mazinasion tout pèp bannzil i kasièt. La fason Larénion la bati son pèp, minm tan li té déroul son listoir, i prouv ziska koméla koman linvansion in pèp la sine son listoir, koman li la giny done la form in linivèr nèv-nèv minm. So kalité domoun i drès dann milié Loséan Indien.
Zordi i fo èd la kiltir kréol, pars gouvèrnman épisa Rénioné zot minm i done pa kréolité-la tout son valèr. Lèrk, la kiltir kréol la bézoin parlfèt in bonpé soutien.
« Sakfoi in moman i vé la bous son marmay i ranval son kréol, akoz li kalkil riskab marmay va mié aprann koz fransé, bin oboudikont li la pot ouf son mazinasion, li la po tinn nèt son kapasité linvansion, li la po fouy lo trou po sèrkèy in zafèr sakré konm la kréolité. » (1)
Lékol, média, tousala, lèr zot i ansèrv la lang fransé, konmsi aryink ladan domoun té i giny mèt zot kèr, bin dizon zot i tomb parèy sasèr maron, parèy trafikan zèsklav po linvansion nout kréasion dan lar, é nout kiltir.
So bann sasèr la kréolité koméla, parèy dann tann lontan, zot i kalkil zot lé po rouv in somin po domoun va lèv domin dan in linivèr, èk in sèl kiltir minm, alor sétaki i koup in min, sétaki i larg in foutan. Soman néna in fors i giny pa toufé : Fors-la i apèl Libèrté.
Li minm la done manzé bann Kivi (2) lontan, li minm i done manzé sak zordi i rod po sap maron.
  1. In, eloge de la créolité, Jean bernabé, Patrick Chamoiseau, Raphael Confiant, éd.: Gallimard – p.44, 1989.
  2. An malgas i vé di larg amwin (vokabilèr i balans èk maron) , la ni osi in pyédbwa dir

Des chasseurs de marrons aux chasseurs du créolisme

La culture Créole, la culture de tous les Mascareignes et antillais est le véhicule originel de l’inconscience collective des îles, et du génie populaire. L’épisode Réunionnais du peuplement est le mémoire vivante du génie d’un peuple ayant façonnée ce nouveau monde au milieu de l’océan indien.
Le manque de considération de la Créolité, par les autorités administratives, et par les Réunionnais eux-mêmes, montre à quel point cette culture a besoin d’être soutenue.
‘’ Chaque fois qu’une mère croyant favoriser l’acquisition de la langue française a refoulé le créole dans le gorge d’un enfant, cela est en fait un coup porté à l’imagination de ce dernier, un envoi en déportation de sa créativité, un trou béant dans la cathédrale de la créolité’’ (1). L’éducation scolaire, les masses média véhiculent le français comme seule langue d’expression, sont les Chasseurs de Marrons d’aujourd’hui, les négriers inconscients de l’élan artistique et civilisationnel.
Ces chasseurs de Créolité, comme au siècle dernier imaginent travailler pour la postérité mono-culturelle, en œuvrant ‘’ a couper une main ici’’, en accentuant un dénigrement, par là. Mais il y a une force qui ne meure jamais ; c’est cette énergie appelée Liberté. Elle a alimenté les Kivis (2) d’hier et continue d’alimenter les assoiffés du Marronnage d’aujourd’hui.
(1)- In, éloge de la créolité, Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant, Ed. Gallimard. P.44- 1989.
(2) Kivi : Nom donnée aussi aux Marrons, en malgache ‘’y en a marre’’.

From maroon hunters to hunters of Creolism

Creole culture, the culture of all the people from the Mascarenes and the West Indies, is the original vehicle of the collective consciousness of the islands, and the vehicle of popular genius. The Reunion Island episode of population is the linving memory of the genius of a people which has built this new world in the middle of the Indian Ocean.
The disregard for creoleness, by administrative authorities and Reunion islanders themselves, show how much that culture needs support.
“ Every time a mother, thinking she is helping the acquisition of French language, has repressed the Creole deep in a child’s glottis, she is in fact dealing a blow to his imagination, exiling his creativity, leaving a gap in the cathedral of creoleness” (1) School education and mass media favour French as the only language of expression. They are the modern day hunters of Maroons, the slavers of artistic and civilisational initiative.
These hunters of creoleness, like in the last century, think they work in favour of the monocultural posterity, by labouring “to cut off a hand here” in increasing denigration there. But there is a power which never dies, it’s this strength called freedom and continues to nourish those yearning for the ‘’maroonage’’ of today.
(1) Reference cited: French version of, In Praise of Creoleness, written by Bernabé, Chamoiseau, Confiant.
In Patrimwane Kiltirèl Félix.C - i sort dann Liv Léo Parkoman ? (asté par Félix. C)
Rapèl po zot konèt :
* Tout roprodiksyon kopiaz, kiswa tèks, foto, lé intèrdi fo domann lotorizasyon Félix. C
* Reproduction strictement interdite sauf autorisation de Félix. C

Rédaksyon Listwar Larényon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.